Le seul restaurant Mongol en France est à Tours

Restaurant mongol
Soyombo, Mono et Itgel dans leur restaurant « les steppes de Mongolie »

Les steppes de Mongolie

7 Place Gaston Paillhou, 37000 Tours

Tél : 06 84 57 59 02

 

C’est l’histoire d’une belle… histoire. Celle de Soyombo et d’Itgel, qui ont quitté la Mongolie (d’abord lui, il y a quatorze ans) pour venir en France et qui sont l’exemple… exemplaire d’un couple d’exilés parfaitement intégrés malgré un parcours semé d’embûches.

Oublié (ou presque), aujourd’hui, les foyers d’accueil, les demandes d’asile, le difficile apprentissage du français…
Après avoir obtenu son master 2 en économie d’échanges internationaux à l’université de Tours, Soyombo, a en effet pu – grâce à sa famille, qui s’est cotisée – reprendre la location d’une petite épicerie-traiteur asiatique place des Halles, qu’il a rouverte au nom des « Steppes de Mongolie », en mars 2015.
Igel, sa femme, est en cuisine et à la caisse, tandis que Soyombo travaille la nuit pour pouvoir faire vivre sa petite famille et payer les charges du nouveau commerce.

Une cuisine nomade

Une adresse qui, peu à peu, s’est fait une petite réputation (avec beaucoup d’étudiants asiatiques de l’Institut de Touraine) et que ceux qui connaissaient déjà le couple, dont les trois jeunes enfants étaient scolarisés dans le quartier, encouragent.
Si la partie épicerie ne se différencie pas beaucoup des autres épiceries asiatiques, la partie traiteur permet de découvrir les spécialités mongoles comme les buzz (raviolis vapeur à la viande), les huushuur (beignets à la viande) ou encore les tsuivan (pâtes fraîches maison aux légumes), qui côtoient d’autres plats venus d’Asie, comme le bibimbap de Corée du Sud ou le bo bun vietnamien.
« La cuisine mongole est une cuisine nomade, plutôt simple mais goûteuse et à base de produits naturels », explique le couple, qui annonce pour bientôt « plus de plats mongols sur la carte, avec des soupes, des brochettes et même un barbecue mongol sur commande, que nous préparons déjà pour certains de nos compatriotes qui vivent à Tours et dans sa région ».
Tous ces plats peuvent désormais se déguster dans le restaurant qui jouxte la petite épicerie-traiteur et qui porte le même nom. Pas de carte des vins, en revanche, ce qui, pour un Français, pourrait être rédhibitoire ! « Dans notre pays, nous buvons du thé, mais ici, nous proposons de la bière, et même un peu de vin », justifie Soyombo.
Aux fourneaux des « Steppes de Mongolie », seul restaurant mongol de France, Mono, le frère de Soyombo, tout juste débarqué de la capitale, Oulan Bator, où il était cuisinier et aussi ancien champion de sumo… « Tous les champions de sumo sont mongols, à cause de la traditionnelle lutte mongole », explique avec fierté Soyombo.
La famille a elle-même fait les travaux et la décoration, avec un esprit yourte (tente) au plafond, une peau de vache et une peinture du grand Gengis Khan avec son armée aux murs, et même un petit autel bouddhiste au fond, « pour protéger le restaurant », précise l’adorable Itgel, toujours souriante.

 

 

L’article original d’Evelyne Bellanger est disponible à cette adresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *